Prix du public au Trophée Paysan Breton, Matilin an Dall

Le dimanche 12 août dernier se tenait dans le cadre du festival Interceltique de Lorient le trophée Paysan Breton, Matilin an Dall.

Le couple Argouarc’h/Briant du bagad Bro Kemperle a été invité à l’événement. Malgré la victoire du couple Moal/Chaplain lors de ce concours, le couple Kemperlois s’est vu décerner le prix du public.

Jean-Yves et Ewen ont commencé leur collaboration au sein même de la formation Kemperloise il y a 4 ans.

Ils participent au championnat des sonneurs de couple de Gourin tous les ans depuis 2009.

Le couple participe régulièrement au concours de Rosporden en se qualifiant dans le terroir de l’aven, territoire duquel il s’est fait une spécialisation. En exploitant au mieux cette musique de l’Aven Jean-Yves et Ewen ont d’ailleurs obtenus une belle 4ème place lors du championnat de Gourin en 2010. Ainsi qu’une troisième place au concours de la plume de Paon à Kemper en 2011 et enfin une deuxième place au concours de musique libre Daouzek à Port Louis au mois de juin cette année.

Ils ont eu aussi l’occasion de réaliser de belles performances dans d’autres terroirs en pays de Loudéac (1er au concours de la ronde en 2009) et en pays Vannetais (5eme à Locoal en 2012).

                       Le couple Argouarc’h/Briant lors du concours Daouzek

Voici « l’appel des bergers« , l’histoire qu’ils ont interprété en musique lors de ce Trophée Paysan Breton, Matilin an Dall:

Seul vestige de son Ecosse natale, Ewen Blackface berger devenu marin avait conservé son pib mais il ne l’avait pas encore ressorti depuis son arrivée à Doëlan. Il avait choisi de vivre sur l’océan pour pouvoir se repaître de sa platitude loin des collines où il menait autrefois son troupeau.

De pâtre il était devenu marin et au gré des vents il atterit au port de Doëlan où vivait disait-on un artisan surnommée Hatoup (signifiant toute voile dehors), fabricant  de bout’s et gréments de chanvre breton.

A la recherche de cet ouvrier, il entendit à l’approche de l’échoppe un appel lancinant d’un musicien chevronné. En effet  « Hatoup » était aussi connu dans le pays comme sonneur hémerite.. Il remonta son pipe du bateau et entreprit de répondre à l’appel sans négliger ses accents de pibroc’h…

L’artisan breton, fort de cette 1ère approche s’empressa de rappeler au berger écossais ses collines regrettées grâce à ces thèmes de gavotte de l’aven valloné. Puis ce fut au tour du marin écossais de tenter de perdre son camarade dans une ritournelle qui ne désarçonna point le Doëlanais, au contraire le jabadao prit la relève de ce mélancolique ostinato. Et c’est dans une fusion complète que les 2 camarades firent résonner le port de Doëlan.

Après marché conclu et cale pleine, les 2 éphémères compères se saluèrent avec respect. Ils avaient tous deux appris plus qu’ils n’y pensaient au contact de l’autre.